lundi 24 juin 2013

"Les cendres froides", un polar teinté d'Histoire


Le grand-père d'Aurélien, un ancien médecin obstétricien, vient de mourir.
Alors qu'il met de l'ordre dans les affaires de son aïeul, le petit-fils découvre un ancien film, tourné dans un manoir et sur lequel apparaissent des jeunes femmes grandes, blondes et enceintes, dans un manoir, en compagnie de son grand-père et d'un officier SS.

Aurélien fait aussitôt le rapprochement avec les lebensborn, ces maternités nazies, pratiquant la sélection raciale pendant la seconde guerre mondiale, censées accueillir les enfants nés des unions de femmes aryennes avec des officiers allemands.
Tandis qu'il commence une enquête personnelle sur sa famille, une vieille dame sans histoire est tuée chez elle, pas très loin de la maison de son grand-père.
Aidé par Héloïse, une jeune doctorante dont le sujet de mémoire est précisément les lebensborn en France, et passant outre les menaces, il ne tardera pas à découvrir que des liens existaient entre son grand-père et la femme décédée.

La quête familiale et la recherche historique d'Aurélien se déroulent en parallèle d'une enquête de gendarmerie menée pour découvrir le ou les auteurs du meurtre.

Le lebensborn dont il est question dans l'histoire n'a jamais existé.
Il n'y a eu qu'un seul lebensborn en France, à Larmolaye, dans l'Oise, rappelle Valentin Musso, l'auteur (qui est le frère de l'autre, plus connu) à la fin de son livre.

Comme pour la lecture de Max, et pour répondre à un commentaire laissé sur la chronique que j'avais faite du roman de Sarah Cohen-Scali,  j'ai pris ce livre pour ce qu'il est : un roman et uniquement un roman. Y a-t-il des inexactitudes, des erreurs historiques ? Je ne pourrais pas le dire et je ne les ai pas cherchées. Je ne suis pas spécialiste du sujet et ne compte pas le devenir.
Et les passages consacrés principalement au lebensborn imaginaire de Cernancourt ne sont pas non plus si nombreux.
Je me suis contentée d'apprécier un bon roman policier, pas trop policier, juste ce qu'il faut, se mêlant avec un bon dosage à une histoire familiale trop longtemps cachée.
Et quand la vérité est entièrement mise à jour, à la fin, le lecteur réalise en même temps qu'Aurélien qu'elle n'était pas aussi terrible qu'elle aurait pu l'être mais qu'elle a malheureusement causé des dégâts irrémédiables à cause des non-dits...
J'ai bien aimé cette fin, et je ne l'ai pas sentie venir trop tôt.
Un bon point, donc, pour un polar.
Alors même si le suspense n'est pas à couper le souffle, l'histoire est prenante et je peux enfin dire que j'ai lu au moins un Musso dans ma vie. ;-)


Rendez-vous sur Hellocoton !