vendredi 24 octobre 2014

"L'invention de nos vies" de Karine Tuil, un triangle amoureux dans un monde très actuel...


En 2007, Sam Tahar, un avocat français, vit à New-York. Très en vue, riche, séduisant et séducteur, tout lui sourit sauf que... sa vie repose sur une imposture.
De confession musulmane, celui dont le vrai prénom est Samir se fait passer pour un Juif depuis de nombreuses années. Depuis la première fois où il a usé de ce mensonge pour se faire embaucher par son premier employeur, devenu par la suite un ami.
Impossible de reculer. Il est désormais marié à Ruth Berg, une fille issue de la grande bourgeoisie juive américaine, et cette union lui a ouvert toutes les portes.


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 17 octobre 2014

Le nouveau livre d'Emmanuel Carrère... Youpi !


Quand j'ai appris sur le blog de L'irrégulière qu'Emmanuel Carrère avait publié un nouveau livre, je m'en suis voulue d'avoir zappé l'événement (non, je ne vis pas dans une grotte mais je ne suis pas vraiment l'actualité littéraire).
J'ai fait l'impasse sur Limonov, son ouvrage précédent, a priori peu emballée par le sujet.
Alors cette fois-ci, quand j'ai vu qu'il était question des origines du christianisme, abordées d'un point de vue historique (celui qui est susceptible de m'attirer), il y avait de grandes chances que je sois intéressée.


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 3 octobre 2014

"Wave", survivre à l'inimaginable et raconter l'impossible


"Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l'Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons.
Wave raconte l'histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l'insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d'horreur."

Ce témoignage m'a rappelé celui d'Anne-Marie Revol, qui a confié dans Nos étoiles ont filé (clic), un drame un peu similaire. Le décès brutal de ses deux petites filles mortes dans un incendie de maison.
Alors forcément, j'ai fait une comparaison entre mes deux ressentis de lecture...

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 26 septembre 2014

"Villa avec piscine" d'Herman Koch... dérangeant et... malsain ?


À quelques semaines d'intervalle, j'ai lu les deux romans dérangeants d'Herman Koch, romancier Néerlandais.

Je n'ai pas été déçue par Villa avec piscine, je ne peux pas dire cela, mais j'ai préféré Le dîner.
Préféré les personnages, préféré la construction de l'histoire basée autour de ce repas au restaurant (une sorte de huis-clos).


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 19 septembre 2014

"Cherche jeune femme avisée" de Sophie Jomain


Alors qu'elle a une formation d'archéologue mais que bien malgré elle, elle s'est fait griller dans le métier, Gabrielle, 28 ans, cherche désespérément du travail. Elle tente le tout pour le tout et se rend à un entretien d'embauche dans un cabinet d'avocats, pour un poste de standardiste/réceptionniste, se disant que ma foi, elle peut avoir ses chances en s'appuyant sur son physique plus qu'avenant.
Elle pensait avoir affaire à un sexagénaire coincé et taciturne... elle se retrouve face à un trentenaire terriblement sexy ! Mais Adrien de Bérail lui fait clairement comprendre que ça ne va pas être possible.
La belle n'abandonne pas aussi facilement. Apprenant que Monsieur, qui élève seul ses deux enfants, cherche une nouvelle nounou, elle revient à la charge, parce qu'un travail, c'est un travail, et se fait engager au culot ! 

La suite, vous la devinez aisément... Un jeu de chat et de souris va se mettre en place entre une Gabrielle qui a du répondant, surprenante et exaspérante et un Adrien autoritaire, peau de vache et mystérieux.
On sent comme un souffle de Cinquante nuances de Grey planer sur ces deux-là.


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 12 septembre 2014

Doublé jeunesse : gagnant... "Wonder" de R.J. Palacio !


Voici deux romans jeunesse qui ont connu un fort succès dernièrement.
Les deux me faisaient de l'œil mais comme toujours, j'hésite un peu à me lancer dans ces lectures qui ne sont "plus de mon âge", en théorie.
Je ne prenais pas trop de risques à priori cette fois-ci, vu le plébiscite recueilli par ces deux livres.
J'ai lu Nos étoiles contraires en premier, Wonder deux ou trois semaines après. J'ai aimé le premier, sans plus. Le second m'a carrément emballée !
À ma grande surprise pourtant puisqu'il s'adresse à un public plus "enfant" que le roman de John Green qui est lui destiné à des adolescents.
Le style de Wonder est donc plus simple mais j'ai trouvé cette histoire complètement passionnante.
Ce bouquin est un modèle de tolérance. Tolérance envers les personnes différentes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 5 septembre 2014

"La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry"... Une histoire originale et touchante !


Harold Fry, la soixantaine, récemment retraité, reçoit un matin une lettre.
Queenie, une ancienne collègue de travail, dont il n'a plus eu de nouvelles depuis vingt ans, lui annonce qu'elle est en train de mourir d'un cancer.
C'est le choc pour Harold. Il est bouleversé.
Il se dépêche de lui écrire un petit mot en retour et sort rapidement de chez lui pour aller le poster. Il a compris que le temps presse. Il sait qu'il est redevable envers Queenie, qu'il ne l'a jamais remerciée pour quelque chose que le lecteur apprendra par la suite.
Ses pieds le portent jusqu'à la boîte aux lettres, il hésite, ne poste pas sa lettre. Il continue de marcher...


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 29 août 2014

Le dîner cinglant d'Herman Koch


Ce roman est dérangeant.
Dérangeant car l'ambiguïté de l'âme humaine s'y révèle petit à petit. Insidieusement.

Quatrième de couverture :
"Deux frères se donnent rendez-vous avec leur épouse dans un restaurant branché d'Amsterdam. Hors-d'œuvre : le maître d'hôtel s'affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances. Dessert : piques et banalités. On évite soigneusement le véritable enjeu de ce dîner à huis clos : leurs fils respectifs ont commis un acte d'une violence inouïe. Jusqu'au couperet de l'addition..."


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 22 août 2014

Alors voilà, les 1001 vies des Urgences...


Pour maintenir en vie une patiente en stade terminal afin de laisser le temps à son fils qui est d'arriver, un interne aux Urgences lui raconte les histoires de boulot qui font son quotidien, celui de ses collègues et celui de leurs patients. Il lui fait le récit de la vie de ceux qui sont couchés et de ceux qui les relèvent.

Extrait p. 15 :
  "Je n'ai pas grand-chose dans la vie, mais j'ai des histoires. Je rencontre des gens couchés ou en fauteuil roulant, des existences qui interrogent mon humanité. Je ne suis pas égoïste : ces questions, je les partage avec d'autres patients. Je tricote entre elles des destinées humaines."

Baptiste Beaulieu, l'auteur de ce roman, 27 ans, est également interne aux Urgences. "Se nourrissant de situations bien réelles, vécues par lui ou par ses collègues, chirurgiens ou aides-soignants, Baptiste Beaulieu passe l'hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand cœur, les internes gaffeurs, les consultations qui s'enchaînent, les incroyables rencontres avec les patients..."

Extrait p. 35 :
   "Qu'est-ce qu'être interne à l'hôpital ? C'est briser plusieurs années de tabous. Les selles, les urines, la sexualité, la perte des interdits fondamentaux. Personne ne nous prépare à cela, personne ne nous prévient que, au contact de nos frères ici-bas, il y a ce fait essentiel qui est de toucher le corps, de le regarder nu, sans fard, dans la vieillesse et dans la maladie.
    L'interne est jeune. C'est un homme ou une femme. Il/elle va à l'hôpital.
    Là-bas, il/elle voit.
    L'homme voit des sexes de femmes. La femme voit des sexes d'hommes.
    Vous savez quoi ?
    On met des tubes et des doigts dedans."

L'histoire de ce roman a en quelque sorte commencé sur un blog, Alors voilà (clic), fin 2012, sur lequel Baptiste Beaulieu partage ce qu'il appelle des tranches de vies hospitalières. Pour réconcilier soignés et soignants, pour dédramatiser l'hôpital, pour mettre en avant l'importance du soin, du relationnel dans la guérison et/ou l'acceptation de la maladie, il narre des histoires qu'il a vécues ou qui lui ont été rapportées.
Dans son livre, il a en quelque sorte lié le tout en y incorporant une trame de fond (l'histoire de la patiente qui attend la venue de son fils).
Extrait p. 81 :
   "On apprend des patients. Leurs expériences anciennes sont très souvent nos douleurs actuelles.
    Il y a une erreur, un biais initial qui fausse nos relations. Vous croyez que nous sommes là pour vous. Pour certains, c'est vrai. Pour beaucoup, c'est faux. Nous vous traitons, vous nous guérissez."
Extrait p. 208 :
   "Notre métier est avant tout une succession d'échanges enrichissants. Nous rencontrons des gens. Des corps malades, bien sûr. Mais des personnes. J'essaie chaque soir de faire l'inventaire des gens qui m'ont touché."

Mon ressenti... Humainement, très intéressant tout cela... Impossible de dire le contraire. De plus, c'est souvent drôle et même les cas dramatiques sont présentés avec une fatalité optimiste. Et Baptiste Beaulieu écrit très bien. C'est un scientifique doté d'une belle plume qui a l'art des belles phrases. Son récit regorge de plusieurs réflexions très percutantes sur son métier.
Littérairement parlant, cela fait un peu catalogue à la longue. À la limite de la répétition. J'avoue avoir été un peu lassée au bout d'un moment.
Néanmoins, impossible de dire plus de "mal" de ce roman tant l'objectif humain de l'auteur est louable.


Rendez-vous sur Hellocoton !