lundi 20 septembre 2010

Matriochkas да, да, да !

= Matriochkas, oui, oui, oui ! Si reverso a bien fait son boulot !
Qui a dit que les matriochkas étaient ringardes ? Hein, qui ???
Moi !
C'est exactement ce que je pensais avant.
Ces petites poupées russes figuraient en très bonne place dans mon top des cadeaux attrape-poussière ringards !
Avant de découvrir celles qui suivent, qui m'ont fait revoir mes préjugés...

Les matriochkas peintes sur galets par Granny ...

Petites madames peintes à la main, recto-verso, sur des galets, 
couche de vernis, brillant ou mat, pour fixer les couleurs,
tailles variant entre 5 et 9 centimètres,
encore des modèles disponibles dans le Granny shop



Mais comment résister ???
Je suis faible, je suis faible, je suis faible... oui mais, c'est exactement ce qui me fait craquer !



Grisée par ma nouvelle découverte, j'ai effectué une petite recherche sur le net, comme à mes habitudes, et mon petit coeur a fait une série de triples axels quand je suis tombée sur ça :


Les petites matriochkas de kiki olympia (Jennifer Delplanque et Marius Nedelcu), en pâte de porcelaine, modelées et peintes à la main, chacune étant unique. Ces petites dames se déclinent en boucles d'oreilles de différentes tailles, sincèrement les plus mignonnes que j'ai pu trouver dans la catégorie matriochka, et en sautoirs.


Ne vous privez pas de cliquer sur les images pour mieux apprécier leurs jolis visages

 Collier de matriochkas, pièce unique, 
présentée et vendue sur le marché des créateurs de Parasela 2009 (Roumanie)

Jennifer Delplanque et Marius Nedelcu se sont installés en Roumanie, où ils commencent à se faire un petit nom, après des études aux Beaux-Arts de Rennes. Ces petites matriochkas aux visages adorables sont pour l'instant uniquement en vente dans une boutique de Nantes et à Paris, auprès d'un groupe de créateurs. Jennifer m'a dit plancher sur une boutique en ligne pour 2011. Je croise les doigts pour que ça se concrétise !

Alors bien sûr, ces matriochkas en pierre et en porcelaine ne sont pas vraiment des poupées russes dans le sens traditionnel où on l'entend, puisqu'elles ne sont pas pleines et ne peuvent pas s'emboîter les unes dans les autres.
Ça doit cette légère variante qui m'a titillée !

Comme j'étais plutôt inculte en matriochka, je me suis renseignée un peu. Oh, vite fait cette fois-ci, mais j'ai trouvé ICI un article sur la genèse de ces poupées russes qui nous apprend quelques informations très intéressantes.
Le terme "matriochka" est dérivé du nom Matriona qui était très répandu dans les campagnes russes au 19ème siècle, d'où la représentation commune (et objective ?) de la dame un peu rondouillette, aux bonnes joues roses, entourées de plein de bambins.
La création des matriochkas est bien identifiée et attribuée à un certain peintre russe de ce même siècle, qui a trouvé son inspiration dans l'artisanat japonais déjà friand de petites poupées familiales, et qui a eu l'idée de les adapter à la culture et à l'imagerie russe, en leur ajoutant la notion d'imbrication les unes dans les autres.
"La grande poupée extérieure représente la Mère, la "Matriochka", les autres s'imbriquent dans les précédentes, et étant de plus en plus petites, elles représentent les enfants, jusqu'à la plus petite représentant généralement un nouveau né." (Wikipedia, quant à lui, nous explique que la plus grande poupée, la mère, portait le nom de "matriona" et que "matriochka" était un diminutif appliqué aux autres poupées plus petites, les filles. Je ne suis pas experte, faites votre choix !)

De par leur conception, ces poupées ne pouvaient pas avoir de bras, matériellement parlant. Pas grave, les nombreux peintres russes qui se sont adonnés à la technique des matriochka n'ont eu aucun problème à les faire figurer de manière représentative sur le petit corps en bois de tilleul de ces dames. Et puis comme ça, les enfants ne risquaient pas de les arracher !
Et oui, ces poupées étaient des jouets pour les enfants, avant de devenir plus tard des objets de décoration.

Il faut croire que ces poupées/objets étaient tellement novatrices qu'elles ont remporté la médaille de bronze à l'exposition universelle de Paris de 1900 où elles ont été présentées.
Ça a été le point de départ de la "folie" matriochka, les artisans de différentes régions de Russie rivalisant alors pour présenter des poupées de divers styles, plus belles les unes que les autres.

Et voilà ! Vous en savez désormais au moins autant que moi sur les matriochkas !

Vous pouvez maintenant rendre visite à Catherine/Granny : Coucou c'est granny
et à Jennifer/Kiki Olympia : Kiki Olympia
Rendez-vous sur Hellocoton !