vendredi 12 novembre 2010

Jolis sacs sur Etsy et quelques réflexions en bonus !

Petite sélection "coup de coeur" de jolis sacs en cuir sur Etsy, à prix abordables ...

Pour les messieurs, un sac Happy Cow, en direct de Melbourne
Environ 113 € (selon le taux de conversion)



Un sac mi-cartable, mi-malette, en direct de Shanghaï
Environ 105,46 €



 
Je ne pourrai pas confirmer, j'ai regardé qu'une fois il y a longtemps
Un sac Ebags shop, en provenance de Chine
7 couleurs différents au choix
Environ 51,98 €


Mon choucou, un petit sac orange, Ray Design, en provenance de Thaïlande
Environ 29,38 €

Arwen, je me range un peu à ton opinion et avoue que oui, c'est vrai, sur Etsy, on trouve généralement plus facilement son bonheur que sur Dawanda.
Par contre, en voyant les pays de production de certains des sacs ainsi que le caractère très "pro" des boutiques, je me demande dans quelle mesure on peut encore parler de production handmade, faite avec amour... Ce genre de plateforme (Etsy et Dawanda) est, me semble-t-il, réservée à tout un chacun ayant envie de vendre ses petites créations ( "Etsy.com est un marché en ligne pour acheter et vendre des produits faits à la main ou vintage" est-il écrit sur le blog en français) mais elle est également ouverte aux personnes qui en font leur métier et a donc vocation de "valoriser la production manuelle de ces créateurs indépendants."

C'est quoi exactement un créateur indépendant ? Quelqu'un qui travaille pour son propre compte je suppose. Un auto-entrepreneur de chez nous. Mais pas que je suppose.
Qui va vérifier si le chef d'une entreprise de plusieurs salariés qui fabrique des sacs plus ou moins à la chaîne (parce qu'il y en a un qui va découper le cuir, un qui va faire les coutures, un autre les finitions, etc.) ne va pas aller vendre sa production sur Etsy ? 

Dans ce cas-là, on commence à être limite hors du concept, non ?
C'est comme qui dirait qu'Etsy, qui est à la base né de l'idée très noble de donner leur chance aux tous petits créateurs isolés dans leur coin, est en train de se faire manger par les vendeurs professionnels, qui ont flairé le bon filon pour vendre facilement over the world, mais qui du coup, dénaturent complètement le principe premier.
Je ne suis pas économiste pour deux sous, hein, mais c'est la dure loi du marché, qui a trouvé un autre mode d'expansion et qui est en train de s'imposer encore une fois.

Pfiouuu... j'sais pas c'qui m'a pris, aujourd'hui, de réfléchir comme ça moi !
Rendez-vous sur Hellocoton !