mercredi 23 novembre 2011

Il faut qu'on parle de Kevin

Wahouuuuu... quel livre !
Il est certain qu'il faut parler de Kevin, et de ce livre de Lionel Shriver, auteure et journaliste américaine (oui, c'est une femme).

Marque-pages calendriers du papillon
amicale publicité au passage !

"A la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian a tué sept de ses camarades de lycée, un employé de la cafétéria et un professeur. Dans des lettres adressées au père dont elle est séparée, Eva, sa mère, retrace l'itinéraire meurtrier de Kevin".


Les thèmes abordés : la non-fibre maternelle, les difficultés à concilier une maternité pas vraiment souhaitée avec une activité professionnelle prenante et épanouissante, les rapports conflictuels (très) mère-fils, et parent-enfant plus largement, l'incompréhension au sein du couple qui en découle, et bien d'autres.

Quelle claque ce livre ! Et c'est peu de le dire pour moi qui suis habituellement bien plus sensible aux récits basés sur des faits réels.
Ici, nous avons affaire à un vrai roman, inventé de toute pièce, mais le récit n'en sonne pas pour autant moins juste.
Et pourtant, on pourrait douter tout au long de la lecture de la crédibilité de l'histoire, tellement le fils que nous décrit Eva, sa mère, semble monstrueusement implacable, méchant et dénué de tout sentiment. A plusieurs reprises je me suis dit que non, il n'était pas possible qu'un enfant comme lui existe pour de vrai, et je l'espère.
Mais il n'empêche que j'étais happée par ma lecture et que tout me semblait bel et bien crédible.

C'est  très fort, c'est vrai, troublant et touchant.
Le récit, du point de vue de la mère, est tellement prenant que l'on se retrouve vraiment plongé dans ses pensées les plus profondes. On est dans sa tête.

Ça faisait plusieurs semaines que je n'avais pas été scotchée de la sorte par un livre.

Mieux qu'un résumé, mieux que des extraits, je vous laisse regarder la bande-annonce du film adapté de ce livre, réalisé par Lynne Ramsay, avec Tilda Swinton dans le rôle d'Eva, et présenté en compétition officielle au dernier festival de Cannes. 
L'adaptation semble extrêmement fidèle à l'idée que je me suis faite de l'histoire et des personnages.
Il faut que je le voie.



Voyez le film, si vous en avez aussi envie, mais lisez le roman avant.
Pour ma part, c'est la première fois, depuis que je me suis remise à lire à haute dose l'année dernière, que j'ai envie de relire un livre.
Wahou !
Rendez-vous sur Hellocoton !