mardi 28 juin 2011

Un doudou tout beau tout neuf !

Sélène grandit. Presque 6 ans. Et ses doudous vieillissent.
A force d'être trimballés à droite et à gauche, d'être serrés, embrassés et après avoir subi plusieurs dizaines de passage en machine à laver, ils tombent en lambeau...

Ladies and gentlemen, let me introduce you... Bleat and Kaaaaloo !


Enfin, surtout un... Le Bleat, un mouton blanc à l'origine (marque Happy Horse), a été ainsi surnommé depuis le jour où j'ai appris que c'était le cri de l'animal en anglais. Ça m'avait bien amusé et j'avais aussitôt pensé au doudou de ma fille. Bien qu'ayant été recousu à plusieurs reprises, il était vraiment trop amoché pour survivre encore bien longtemps aux usures du temps. Avec l'accord de Sélène - qui a très bien pris la chose - il a rejoint un petit coin tout doux, où personne ne vient l'embêter, pour finir ses jours.

Y'a vraiment plus rien à faire...

Il est vraiment devenu une loque immonde ce pauvre Bleat, comme vous pouvez le constater, à ma grande peine d'ailleurs, car je l'avais acheté pour moi ce petit mouton blanc, avant que Sélène ne naisse. Même que je me souviens très bien où, quelle année et quel mois (août 2004, dans une petite boutique de la station des Gets (74), voilà c'est écrit, au cas où) !

Printemps 2004, le Bleat encore fringant
Juste le bout des oreilles élimé

Alors oui, ma grande fifille n'a pas fait de problème pour ranger à tout jamais son doudou préféré, celui qui l'accompagnait depuis sa naissance, le seul qu'elle emmenait quand elle partait de la maison, car elle avait encore son doudou préféré n° 2 : son Kaloo.

Le Kaloo est aussi présent dans sa vie depuis sa naissance mais jusqu'à il y a encore un ans, un an et demi, il était relégué à la place d'éternelle challenger. Place pas si mauvais que cela, soit dit en passant, puisqu'elle lui a permis d'être préservé pendant des années. Depuis la disparition forcée du Bleat, il est devenu number one !

Et malheureusement pour lui, je ne peux que constater qu'il est en pleine phase de délabrement active, comme l'avait été son prédécesseur.


Je n'ose plus trop le passer en machine et j'ai abandonné l'idée de repriser les multiples petits trous, ayant constaté avec le Bleat que ça n'arrangeait rien du tout. Non, c'est la toile qui commence à être bien élimée et là, c'est mauvais signe...

Heureusement, grâce à internet, j'ai pu retrouver un exemplaire comme neuf de ce modèle de doudou ! En plus, arrivé pile poil pour l'anniversaire de Sélène !
J'avais déjà tenté la rechercher pour le Bleat, mais j'ai fait chou blanc. A croire que c'était une série très très limitée.

Le même nouveau Kaloo, je l'ai donc trouvé sur Engel Boutik, la petite entreprise d'Isabelle, qui répertorie et propose à la vente dans sa doudouthèque plus d'un millier de doudous et peluches différentes.
Petits prix et petits frais d'expédition, yes !

Avant, après
Euhhh, non !
Le vieux, le neuf !

Dans le même esprit, peut-être trouverez-vous votre bonheur (enfin, celui de votre enfant en principe !) parmi les Mille Doudou(s) de Sandrine. 

Concernant cette recherche de doudous, je n'ai pas eu l'aval du papa. Selon lui - et je reconnais que son raisonnement n'est pas faux - un doudou que l'on a eu depuis sa naissance est quelque-chose d'unique et d'irremplaçable, donc "n'importe-quoi" de racheter le même neuf !
A ce, j'ai rétorqué que déjà d'une, loin de moi l'idée de lui enlever son doudou loque chéri et que de deux, ma fille, elle flashe et s'enthousiame pour les mêmes trucs que moi et que j'étais sûre qu'elle allait l'aimer son nouveau Kaloo

Bon, je l'ai pas du tout convaincu avec mon argument. J'avoue que la petite n'avait rien demandé et que je me suis bien fait plaisir sur ce coup-là !

Je ne désespère pas de trouver un nouveau Bleat...

Rendez-vous sur Hellocoton !