lundi 4 novembre 2013

"Rome en un jour" ou l'explosion d'un couple en une soirée !


Dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire organisés par priceminister, j'ai choisi de lire Rome en un jour.
Une histoire de petits règlements de comptes au sein d'un couple... sujet jouissif par avance !

Pour tout vous dire, je n'ai pas été déçue. Ce fût une lecture extrêmement réjouissante.
Pleine de règlements de compte, en effet. De petites phrases qui te tue un couple plus vite qu'il ne faut pour les dire !


D'un côté, une quinzaine d'invités, sur le toit d'un immeuble parisien, attendent impatiemment Marguerite et Paul. Celle-ci a organisé une fête d'anniversaire surprise pour celui-là.
De l'autre côté, dans leur appartement, le couple qui se fait tant désirer... Paul n'est pas au courant de ce qui se trame, est scotché devant son téléviseur, absorbé par le visionnage d'un documentaire animalier... Il n'a aucune envie de sortir, de répondre à l'invitation de sa compagne, qui lui fait miroiter un petit dîner sympa chez un couple d'amis, espérant le faire bouger de sa léthargie...

Le temps de cette soirée, l'auteure nous promène alternativement au gré des chapitres entre le toit de l'immeuble, où est censée se tenir la fête, et l'appartement de Marguerite et Paul. D'un côté comme de l'autre, les choses vont dégénérer...
Maria Pourchet "décortique les micro-événements du quotidien, les non-dits entre les êtres" (source) d'une façon très drôle grâce à des phrases extrêmement bien conçues, des mots choisis précisément et toujours bien placés, et des tonnes d'expressions qui font mouche.

Extrait p. 82 : entre Paul et Marguerite
   "Marguerite avait conjuré Paul de ne pas inverser les rôles. C'était lui qui cultivait sa propre faillite afin d'en accuser l'entourage, démarche qu'elle voulait bien lui pardonner puisque s'apparentant à l'automatisme chez tout flemmard qui se respecte. Quant au défaut d'encouragements, elle n'était pas sa mère et, en attendant, il pourrissait sur pied dans son jogging.
    - A l'époque où je t'ai rencontré, j'avais imaginé autre chose, avait-elle résumé, désignant en vrac, dans un geste circulaire et déçu, Paul, son jogging, les désillusions, le téléviseur.
    Paul avait dit que lui aussi.
    Elle lui avait dit, ah oui quoi ?
    Il avait dit, une femme. Qu'il avait imaginé une femme. Vivante, baisable. Aujourd'hui, il avait une planche, si quelqu'un s'était fait rouler, c'était lui."

Chez les invités, chaque personnage est ciselé, avec un trait de caractère bien identifiable... Ainsi Michel et son incapacité à dire du mal des gens, son besoin de se faire remarquer avec des plaisanteries qui tombent toujours à l'eau... Ainsi de Benoît qui voit tout en négatif, déprimé de service, Ainsi de Sabine, la collège de bureau de Marguerite, une vraie petite langue de vipère...

Extrait p. 97 : sur le toit de l'immeuble, Benoît a préparé une petite présentation visuelle, la vie de Paul et Marguerite en images...
 "Pour qui n'aurait jamais vu de création sous Power Point un peu chiadée, et même pour les autres, la proposition technologique de Benoît forçait l'admiration. Des couleurs lumineuses, quasi réelles, des contrastes parfaits, des effets de transitions de la dernière recherche : les silhouettes se détachaient des photographies tels des fantômes et, dans un fondu enchaîné, prenaient place dans la suivante, à chaque écran, des inserts furtifs indiquaient les prénoms des figurants afin que l'on s'y retrouve. Un moment dans l'histoire de l'électricité. Benoît avait dû y consacrer des journées entières, des trésors d'habileté, de patience, de doigté, on ne pouvait que s'interroger sur ses motifs. Qui se ferait ainsi chier pour rien ? Quelqu'un chuchota qu'il devait être amoureux de Marguerite. Sûrement pas, s'indigna Michel. D'autres avancèrent que Benoît n'avait rien de mieux à faire, mais chut, fit Michel."

Au fil de la soirée les individus parlent et glosent sur le couple vedette absent mais se découvrent également les uns les autres, et aux uns et aux autres... L'arrivée d'un chiot va inciter les personnes à se livrer à des confidences sur leur petite vie respective... un peu façon VDM, si vous voyez ce que je veux dire !!!

J'ai beaucoup aimé !!!
Un roman divertissant, réaliste, jubilatoire avec des personnages dans lesquels on peut tous se reconnaître à un moment ou un autre... la vie quoi !

Envie de découvrir le premier roman de Maria Pourchet, sorti en 2012, Avancer...

Rendez-vous sur Hellocoton !