vendredi 21 février 2014

"No sex" de Tim Parks, plus méditatif que le titre semble l'indiquer !


Beth est bénévole dans un centre bouddhiste de retraite spirituelle depuis plusieurs mois.
Qu'est-ce qui a poussé cette jolie fille à qui apparemment tout souriait - la chanson, le succès avec les hommes - à se couper de la société pour se retirer dans un lieu aux règles strictes (pas de paroles échangées, pas de contacts entre les personnes) ?

Le lecteur le découvre au fil des pages de ce roman-confession.


Quand l'histoire commence, Elisabeth/Beth, jeune londonienne, œuvre en tant que bénévole au centre Dasgupta depuis 8 mois. Elle est chargée de préparer les repas des "étudiants" qui viennent faire des séjours méditatifs d'une dizaine de jours.
Elle s'y sent bien et n'éprouve aucune envie de retrouver sa vie du dehors.
Jusqu'au jour où, bravant les interdictions, elle pénètre dans le chambre d'un méditant nouvellement arrivé et découvre son journal intime. La tentation de s'y plonger est trop grande... et ce qu'elle lit va remuer en elle toutes les douleurs qu'elle croyait avoir enfouies au fond d'elle.
Adieu la tranquillité d'esprit !
Voilà qu'elle ne pense plus qu'à découvrir qui est le mystérieux auteur, perdant toute capacité de concentration et réduisant quasi à néant tout le travail qu'elle avait effectué sur elle-même...

Ce roman m'a permis d'ajouter un nouveau mot à mon vocabulaire... équanimité !
Cette sérénité de l'âme, ce détachement, ce lâcher-prise que tous ceux qui viennent passer quelques jours dans ce centre de méditation espèrent trouver.

Le titre anglais du roman est The server (traduisible, j'imagine par "la bénévole"). L'éditeur français a préféré jouer une certaine provocation (?) avec No sex.
Le lecteur se rend vite compte que la sexualité, ou le manque de sexe provoqué par l'abstinence prônée au sein du centre de médiation, est bien loin d'être le sujet principal.
Je ne suis pas très portée sur la spiritualité, même pas du tout, mais ce livre a été à deux doigts de me donner envie de méditer !

Ce qui n'empêche aucunement le récit d'être léger et non dénué d'humour, ceci pour la simple et bonne raison qu'il se fait à la première personne du singulier. C'est Beth qui parle et dans sa tête, les choses sont très agitées !

Je ne vous cache pas cependant que j'ai trouvé quelques longueurs dans l'histoire, quelques répétitions dans les descriptions de séances de méditation notamment. Hormis certains passages qui m'ont interpellée et m'ont donner à réfléchir (une bonne chose !), il m'est arrivé de me sentir un peu perdue.

Mon impression générale reste néanmoins positive car le sujet et son traitement sont il est vrai originaux, et le personnage de Beth, avec ses défauts et ses nombreuses interrogations, est très attachant.

J'ai bien envie de lire prochainement un autre roman de Tim Parks, auteur anglais reconnu, expatrié en Italie.

Merci à babelio et à l'éditeur Actes Sud pour l'envoi de cet ouvrage !
Rendez-vous sur Hellocoton !