vendredi 30 mars 2012

"Rêves de garçons", brève d'une déception...

Généralement, je choisis plutôt bien les livres que je lis, ceux qui sauront me plaire.
Cependant, il m'arrive régulièrement de faire une mauvaise pioche.
Rêves de garçons de Laura Kasischke en fait partie.

"Halte aux résumés (en partie) mensongers", j'ai envie de dire !

Cela faisait un petit moment que je croisais le nom de cette auteure sur des blogs. Dernièrement, c'est Chrys qui m'a donné envie de m'y intéresser. Anne-Laure T, elle aussi, est une grande fan.

Je conviens tout à fait que la dame a une belle écriture, fluide et son récit se lit très agréablement. Elle semble également assez douée pour "décortiquer la société américaine, ses innombrables travers et hypocrisies" (je cite Anne-Laure). Elle est même comparée à Joyce Carol Oates.
Je ne prétends pas être une spécialiste de JCO. Je n'ai lu que 2 de ses livres : un que je n'ai pas aimé et l'autre que j'ai adoré, et par rapport à celui que je n'ai pas aimé, je comprends la comparaison (critique mordante de la société) mais de là à parler de "descendance assurée" (cf quatrième de couverture) ... On se calme !

Loin de moi l'idée de me faire une idée sur un auteur en ayant lu qu'un seul de ses livres. J'ai donc bien l'intention d'en lire un deuxième pour pouvoir comparer. Mais en ce qui concerne celui-ci, je n'ai pas trouvé ce qui était promis par la quatrième de couverture, plutôt alléchante :

"A la fin des années 1970, trois pom-pom girl quittent leur camp de vacances à bord d'une Mustang décapotable dans l'espoir de se baigner dans le mystérieux Lac des Amants. Dans leur insouciance, elles sourient à deux garçons croisés en chemin. Mauvais choix au mauvais moment.
Soudain, cette journée idyllique tourne au cauchemar".

Désolée, mais pour moi, le Soudain et le tourne impliquent nécessairement une cassure dans le récit, de l'action, du suspense, de la surprise et que sais-je encore. Bref, tout nous promettait autre chose et il y a là tromperie du lecteur.
Et la catastrophe ne semble qu'imminente parce que c'est écrit un peu plus loin dans le résumé et que l'on s'attend donc à sa venue à un moment ou à un autre.

"Une fois de plus, Laura Kasischke [...] nous laisse, jusqu'à la révélation finale, dans l'imminence de la catastrophe".

Quelle révélation finale ? Celle de la dernière page ? C'est cela LA révélation ?
J'avoue que cette fin, cette révélation tant attendue depuis de trop nombreuses pages m'a complètement laissée sur ma faim. De plus, je vous avoue que j'ai eu du mal à la comprendre, cette chute, tellement elle dénote avec le reste du récit. Du coup, au lieu d'être surprise, j'étais tout bonnement déçue d'avoir du mal à capter.
Tout ça pour ça...

Quant au reste de l'histoire, je n'ai trouvé que des personnages figés et des pom-pom girls clichés. Cette impression de statu-quoi certainement renforcée par les multiples retours en arrière dans la vie des personnages, ne faisant que retarder le déroulement de l'action.
Que de lenteur dans ce récit, me demandant sans cesse QUAND il allait enfin se passer quelque-chose. Alors on se doute bien qu'un truc va survenir à un moment ou un autre, et qui a un rapport avec les garçons croisés mais que c'est long à venir !

Oui, je n'ai pas du tout été réceptive à l'atmosphère pourtant très réaliste mise en place par Laura Kasishke pendant la plus grande partie de son histoire.
Ce livre m'aurait peut-être plus captivée quand j'avais 17 ans. J'aurais, je pense, eu plaisir à lire ces pages qui décrivent d'une manière assez juste les pensées et les préoccupations de certaines adolescentes.

Vous qui avez lu ce livre, qu'en avez-vous pensé ?
La quasi totalité des critiques que j'ai vues sur le web sont très positives. Quelques-unes sur babelio abondent dans mon sens et m'ont d'une certaine manière rassurée.
Je ne suis pas la seule dissidente au parti Kassischke. ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !