mercredi 5 juin 2013

"Accès direct à la plage", un petit Blondel pour la (ma) forme !


Et encore un Blondel !
Oui, je fais dans l'originalité en ce moment, vous l'aurez remarqué. ;-)

Je n'ai pas prévu pour l'instant de lire toute la bibliographie de Jean-Philippe Blondel, mais tant que je ne suis pas lassée (et ça, c'est plutôt bon signe), je continue.

C'est donc vers un petit roman de l'auteur que je me suis dirigée cette fois-ci.
Rien à voir avec les deux précédents que j'ai lus.
Autant j'ai trouvé des similitudes entre This is not a love song et Passage du gué, autant cet Accès direct à la plage est différent.

Ici, pas de personnage principal mais toute une collection d'hommes et de femmes, de tous âges (de l'enfant à la mamie), appartenant à plusieurs familles et dont les vies se croisent, de près ou de loin, le temps de 4 périodes estivales en bord de mer, séparées par 4 décennies : en 1972, à Capbreton dans les Landes, en 1982 à Hyères dans le Var, en 1992 à Perros-Guirrec dans les Côtes-d'Armor et en 2002 à Arromanches dans le Calvados.
La référence à la mer s'arrête aux noms des lieux et la plage, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, n'a aucune importance dans l'histoire.

Le livre est donc décomposé en 4 parties, et à l'intérieur de celles-ci, chaque chapitre est consacré à un personnage en particulier, écrit à la première personne du singulier. 

Je n'ai pas retrouvé tous ces sentiments dont est imprégnée habituellement l'écriture de Jean-Philippe Blondel. C'est certainement dû à la forme précise et concise du récit qui oblige à aller directement à l'essentiel. Oui, on entre immédiatement dans la vie des personnages, par abondance de détails. Pas le temps de traîner car les chapitres sont brefs !
Il faut suivre, voir se munir d'un crayon pour prendre quelques notes, sans pour autant se perdre.
On découvre au fur et à mesure les liens qui unissent, ou désunissent, les personnes sur plusieurs années et j'ai beaucoup aimé cette subtilité.
L'exercice de style demande certainement plus d'habileté dans l'écriture qu'il ne peut en paraître.

J'ai été un peu déçue par la fin du roman. Ça s'arrête d'un coup et il n'y a pas vraiment de fin. On pourrait très bien imaginer un tome 2 qui reprenne les vies des personnages, de leurs familles et descendants en 2012.
On trouve aussi 4 documents joints, qui font partie du roman (ce ne sont pas des annexes), et qui sont des lettres et un article de journal. Je n'en ai pas vraiment compris l'utilité. L'auteur s'est amusé avec la forme mais 3 documents sur 4 n'apportent quasiment rien et il y en a un que je n'ai pas compris du tout.

Allez, zou, un autre Blondel, que j'avais réservé à la bibliothèque, m'attend déjà !


Rendez-vous sur Hellocoton !