mercredi 14 août 2013

Je veux réussir.com


David Cantolla, célébrité espagnole, créateur de Pocoyo, une série d'animation pour enfants diffusée dans différents pays et plusieurs fois récompensée, s'est adjoint les services du dessinateur Juan Diaz-Faes pour nous faire partager son expérience de créateur de start-up dans les années 90.

Parti de rien en 1994, avec son associé Luis...


... il se retrouve 5 ans plus tard à la tête de Tecknoland, une e-entreprise en plein essor employant 600 personnes en Espagne et dans les pays d'Amérique latine. Elle est alors multi courtisée par de nombreux investisseurs. C'est le géant Terra networks qui l'emporte, les fondateurs de Tecknoland empochant un chèque faramineux et un contrat béton censé les protéger.
David et Luis sont même invités dans une émission télé afin d'expliquer leur fulgurante et fructueuse ascension.


Quelques mois plus tard, au milieu des années 2000, la descente commence. Le Nasdaq s'effondre et la bulle internet éclate (Là, je recopie, parce que franchement, j'ai jamais compris grand-chose à l'économie ;-)))


Les nouveaux dirigeants de Terra refusent d'injecter des fonds dans Tecknoland. C'est la faillite et les dettes qui tombent sur le nez des deux associés originels.

Cette véritable histoire est présentée au lecteur d'une façon antichronologique.
Le premier chapitre présente David Cantolla en 2001, complètement ruiné, qui se voit refuser un prêt bancaire. Il va claquer les quelques 900 euros qu'il lui reste, bien décidé à repartir de zéro juste après.
Le chapitres suivants remontent dans le temps, un mois avant, trois mois avant... six mois... un an, jusqu'à 7 ans avant.
Le dernier chapitre, quant à lui, évoque très rapidement le succès retrouvé grâce à la série Pocoyo, récompensée à la cérémonie britannique des BAFTA de 2006, juste 5 ans après la déroute.
Le tout ponctué par les interventions du personnage imaginaire et récréatif de Maître Yan, adepte du Kung-fu des entrepreneurs, qui prodigue ses précieux conseils en matière d'investissement.


La fin de l'album comporte un épilogue un peu trop gnangnan à mon goût, où l'on voit David Cantolla s'interroger sur ce à quoi il penserait s'il ne lui restait que 30 secondes à vivre, à l'image de la scène culte de Il faut sauver le soldat Ryan, dans laquelle Wade est en train d'agoniser.
Mais bon, ce n'est que mon avis très personnel.

Je veux réussir.com est une bande dessinée dont le sujet était prédestiné à ne pas m'intéresser.
C'est la couverture, et les dessins bichromés de Juan Diaz-Faes qui m'ont harponnée !
Je veux réussir.com est une bande dessinée que j'ai lue en deux temps. J'ai abordé les premiers chapitres un peu péniblement, je l'avoue. Le scénario en compte à rebours ne m'a pas facilité la compréhension d'un monde économique qui m'est totalement étranger. Au bout de 2 jours, j'ai laissé tombé. Puis, j'ai repris la BD il y a quelques jours, plus attentivement, et au fur et à mesure que la narration remontait dans le temps, j'ai pris de plus en plus de plaisir à découvrir l'histoire de cette création d'e-entreprise au succès fulgurant et au déclin foudroyant.

Pour conclure : très instructif !

Rendez-vous sur Hellocoton !