vendredi 24 avril 2009

Une japonaise qui en vaut deux !

Durant mon enfance et mon adolescence, je dévorais littéralement tout (presque) ce qui me passait entre les mains ! J'ai eu une période bande dessinée, essentiellement centrée sur Yoko Tsuno, héroïne d'origine japonaise, ingénieur en électronique, donc très calée pour tout ce qui touche aux sciences (une tronche cette fille!). Et bien sûr, elle ne serait pas une héroïne digne de ce nom sans cela, c'est une sportive plus qu'accomplie, ceinture noire d'aïkido !
J'avais inventé un slogan débile pour la qualifier, copié sur je ne sais plus trop quelle publicité :"Yoooooooko Tsuno ! Une Japonaise qui en vaut deux !"

Les quatre premiers volumes de la série

"En plus d'être jolie, intelligente et combative, Yoko Tsuno est électronicienne. Cette spécialité l'entraîne, en compagnie de ses amis Pol et Vic, dans des aventures à mi-chemin entre fantastique et science-fiction. Mais, qu'elle remonte le temps pour se retrouver dans la Bruges du XVe siècle ou qu'elle affronte les dangers de la planète Vinéa, la jeune Japonaise reste toujours fidèle à elle-même, privilégiant la loyauté, l'amitié et le respect de la vie." (texte tiré du site officiel)

J'ai découvert cette héroïne lors de visites chez mes cousines, dans des volumes compilés du Journal de Spirou. J'ai immédiatement adoré cette fille ! Oui, on peut dire que j'étais en admiration devant les dessins de Roger Leloup, son dessinateur. Je suis devenue vraiment fan de cette série de BD. Je préférais les "épisode" où elle vivait de folles aventures en compagnie de ces amis vinééns, extraterrestres à la peau bleue (mais tout à fait humains).

Regardez un peu l'évolution du style, des origines à maintenant !

J'ai eu mes deux premiers albums pour un Noël et ma petite collection s'est agrandie peu à peu.



La preuve : une BD de Yoko Tsuno + la cassette de l'album Babacar de France Gall. Nous posions, heureux comme des papes avec noc cadeaux de Noël ! J'ai volontairement coupé la photo pour recentrer sur le sujet du post, évidemment ! Admirez au passage les chemises de nuit et pyjamas cousus par maman !
Je me suis arrêtée à une dizaine d'albums. D'une part parce que je grandissais et que mes centres d'intérêts changeaient et d'autre part, parce que je trouvais que les aventures avaient du mal à se renouveler. Il y a au total 24 albums, dont la parution s'étale de 1970 à 2005, dâte de parution du dernier opus, Le septième code.

Une planche du septième code
Cela fait des années que plus personne n'a ouvert ces BD qui jaunissent au fond d'un placard ! J'espère qu'elles feront le bonheur d'une petite fille, ou même d'un petit garçon d'ailleurs, dans quelques années.
Rendez-vous sur Hellocoton !