mercredi 8 août 2012

Arrêtez-moi là !

ou Les aléas de la vie d'un chauffeur de taxi...



À Dallas, Jeff Sutton, chauffeur de taxi, suite à un malheureux concours de circonstances, va se trouver pris au piège de l'implacable machine policière et judiciaire américaine, victime d'une monumentale erreur sur la personne. 

L'éditeur résume l'histoire ainsi : 
« Charger un passager à l'aéroport, quoi de plus juteux pour un chauffeur de taxi ? Une bonne course vous assure une soirée tranquille. Ce soir-là, pourtant, c'est le début des emmerdes... La cliente n'a pas assez d'argent sur elle et il vous faut attendre dans sa maison pourvue d'amples fenêtres (ne touchez jamais aux fenêtres des gens!). Puis, deux jeunes femmes éméchées font du stop. Mais une fois dépannées, l'une d'elles déverse sur la banquette son trop-plein d'alcool et la corvée de nettoyage s'avère nécessaire (ne nettoyez jamais votre taxi à la vapeur après avoir touché les fenêtres d'un inconnue!). Après tous ces faux pas, comment s'étonner que deux policiers se pointent et vous demandent des comptes ? Un dernier conseil : ne sous-estimez jamais la capacité de la police à se fourvoyer !"

Le personnage principal, ce chauffeur de taxi, est arrêté suite à une erreur judiciaire. Il n'a déjà pas de chance au départ et en plus, il hérite d'un avocat assez incompétent, persuadé lui aussi de sa culpabilité. Vraiment mal barré quoi ! 
Il va donc passer de longs mois en prison en attendant son procès, placé dans le quartier « privilégié » des condamnés à mort, par mesure de sécurité. Je n'en dis pas plus, histoire de ménager un peu de suspense à ceux qui auront envie de lire ce livre. 

J'ai lu ce roman avec grand intérêt, ne l'ai jamais lâché mais cependant, je me rends compte que je n'ai pas grand-chose de plus à vous dire dessus. 
Étonnant ! 
C'était plutôt prenant mais passionnant serait un qualificatif pas forcément mérité. 
Rien ne m'a étonnée dans cette histoire, et je n'ai pas eu le sentiment d'avoir appris quelque-chose sur le système judiciaire et la société américaine.
Et ce, malgré les critiques prometteuses au dos de la couverture. J'ai été bien appâtée, comme bien souvent...

« À dévorer de toute urgence pour comprendre ce que vous lisez dans votre journal. » (RTL) 
« Un roman coup de poing, violent, âpre, inoubliable. » (Mediapart) 
« Une critique au vitriol des dérives de l'Amérique contemporaine. » (Lire) 


Et le style n'a rien de particulièrement remarquable même si c'est bien écrit. 

Extrait p. 40 (pendant la garde-à-vue) :
"Jusqu'ici j'avais oublié la question de l'avocat. Ou bien elle était dans un coin de ma tête et je pensais qu'elle serait considérée comme hostile. Votre réaction instinctive est d'essayer de collaborer, de tirer les choses au clair. Vous savez que vous n'avez rien fait, et vous êtes certain que quelques instants de discussion rationnelle rétabliront la vérité, que vous allez rentrer chez vous et vous demander quoi manger pour le dîner. Réclamer un avocat ne fait que freiner le processus. Mais toutes mes illusions sont pulvérisées l'une après l'autre, et je dois accepter sans cesse de nouvelles réalités. Je ne retrouverai pas Charlie au bar. je ne serai pas chez moi pour dîner. Ces types pensent vraiment que j'ai fait ça. Pour eux, ce n'est pas le début de l'enquête, c'est la fin. Ils ne me considèrent pas « comme suspect », ce qui est probablement ce qu'ils racontent à la presse. Ils sont déjà certains de tenir le coupable. Ils ont cessé de chercher quelqu'un d'autre, et ils ont l'intention de me faire dire ce qu'ils ont besoin d'entendre, même s'il faut pour ça me garder ici vingt heures d'affilée en me posant encore et toujours les mêmes questions."

Je réalise que je ne vous ai même pas parlé de l'auteur, Iain Levison.
Pas épatée, pas envie d'en savoir plus on dirait...

Pour conclure : une lecture très agréable mais qui sera vite oubliée. 


Ceci était ma deuxième lecture de vacances...
Rendez-vous sur Hellocoton !