vendredi 11 janvier 2013

"Le Livre des Nuages", Berlin mélancolique...



C'est la belle couverture qui m'a poussée à choisir ce livre parmi la sélection proposée par babelio pour la dernière opération masse critique spéciale bande-dessinée.
Une adaptation du roman de Chloe Aridjis,  auteure mexicano-américaine, qui "vit aujourd'hui à Londres, après avoir passé cinq années à Berlin, qui lui ont inspiré Le livre des Nuages, son premier roman, salué par la critique et récompensé par le Prix du Premier roman étranger en 2009".

Les dessins sont signés Fabienne Loodts, une jeune illustratrice belge, qui a choisi de s'installer à Berlin pour réaliser cette adaptation.

L'histoire racontée est assez simple et j'avoue être restée sur ma faim. Je n'ai pas été très réceptive au côté poétique. Je me reconnais bien...
Tatiana, l'alter ego de Chloe, étudiante en allemand, profitant d'une bourse,  est venue vivre à Berlin. Elle y est restée quelques années après, vivant de petits boulots. L'un des derniers qu'elle a trouvé l'amène à travailler auprès d'un historien, le docteur Weiss qui lui demande de retranscrire par écrit ses enregistrements audio au sujet de "la phénoménologie de l'espace à Berlin".
Dans ce cadre, elle est amenée à rencontrer un jeune météorologue, passionné par les nuages, qui avait dessiné enfant le Mur de Berlin.



Pas mal de pages assez contemplatives. Le livre n'est pas trop bavard et il n'est pas rare de ne pas avoir de texte, juste des images. Mais de belles images dans l'ensemble.

L'ambiance est étrange... Tatiana semble flotter entre deux eaux. On ne sait pas trop si elle se plaît vraiment à Berlin, cette ville au lourd passé qui ressort ici et là, au gré de certaines visions qui lui viennent à l'esprit.
À la fin, elle part et les deux dernières pages nous montrent son envol en avion pour retourner au Mexique.

"Lorsqu'on décide partir, on voit une ville à travers un prisme totalement différent.
Les actes les plus simples prennent un relief inhabituel. Puisque chaque fois maintenant est la dernière. Il y avait tant de choses que j'allais regretter. Mais en même temps, j'avais le sentiment que la ville avait déjà renoncé à moi, que depuis que j'avais mon billet pour le Mexique, Berlin m'avait tourné le dos."

Je ne suis pas certaine que la BD soit le meilleur vecteur pour le vécu de Chloe Aridjis/Tatiana et je ne doute pas que de ce côté là, son roman est bien plus intéressant.

Quant aux dessins de Fabienne Loodts, il faut d'abord passer outre la légère répulsion inspirée par ces pages charbonneuses. J'exagère à peine. J'ai vraiment eu l'impression que j'allais me salir les mains en tournant les pages.
Cependant, à y regarder de plus près, on voit tout le travail de l'artiste, qui a dû en passer des heures pour réaliser tout ces dégradés, toutes ces nuances de gris et de noir. Les dessins sont beaux. On ne peut le nier.
C'est comme si on avait des esquisses originales sous les yeux.
Berlin ressort sombre, grise, un peu tristoune et Tatiana/Chloe n'est jamais montrée joyeuse.
Son départ est un soulagement, même si elle éprouve un pincement au cœur à quitter le vieil historien et le jeune météorologue avec qui elle avait tenté de nouer une relation amoureuse.


Pour résumer : je n'ai pas été transportée par l'histoire, loin de là, mais j'ai su apprécier le subtil travail de la dessinatrice. Et d'ailleurs, j'ai eu envie de lire le roman écrit par Chloe Aridjis.
Cette BD est à lire, certainement, si vous la trouvez dans votre médiathèque, et à acheter, uniquement pour les fanas du style.

Pour approfondir
le site de Fabienne Loodts, avec une très belle page sur Le livre des Nuages.
et le site de l'éditeur, waroum, maison d'édition de bande dessinée atypique, fondée en 2004, à la "politique éditoriale intrigante".

Vous trouverez sur Babelio une très belle critique, très approfondie, d'une personne qui a plus apprécié que moi la BD et qui en parle très bien :  critique de Malaura, au 15/05/12 (clic)

tous les livres sur Babelio.com
Rendez-vous sur Hellocoton !