lundi 22 octobre 2012

"Kolka" de Bengt Ohlsson


Une adolescente, d'une quinzaine d'années, fraîchement débarquée en Angleterre de sa Lettonie natale.
Elle a suivi son père, Jaan, tout juste marié avec une riche anglaise, Katrina, qui vit dans un château.

Décalage culturel, linguistique, social.
La jeune fille semble en avoir pris son parti, bien décidée à ne plus s'exprimer qu'en anglais et à oublier sa langue et son pays d'origine qu'elle qualifie "d'ancien pays", "d'autre langue", même de "langue étrangère".
Je dis bien "semble" car en vérité, le passé la poursuit.
Notamment l'absence de sa mère, dont elle ne sait presque rien, qui a pris la fuite, déserté la famille alors qu'elle était encore bébé.

Étrangement, on ne connaîtra jamais le prénom de l'adolescente.
Ah bon, ce n'est pas Kolka ?
Je l'ai cru pendant une bonne partie du livre. Je laisse la surprise à ceux qui le liront de découvrir eux-même ce qu'est "Kolka".


Le roman déroule les premiers jours de la jeune fille dans sa nouvelle famille (sa belle-mère Katrina et la fille de celle-ci, Sarah), sa nouvelle demeure et ses terres, sa nouvelle école pour riches.
Elle se réfugie souvent sur internet, sur des sites non recommandés aux enfants et va y faire une mauvaise rencontre qui va lui donner l'occasion d'exprimer via des échanges de mails la colère et l'incompréhension qui sont siennes.

Qu'on ne s'y trompe pas : c'est un roman sur l'adolescence, ses questionnements, ses peurs, et ses grosses bêtises, mais ce n'est pas un roman pour les adolescents. Ou alors, avec un avertissement, comme pour les films.

Si vous avez aimé Entre dieu et moi, c'est fini, et la suite, de Katarina Mazetti, vous aimerez aussi ce Kolka de Bengt Ohlsson, lui aussi écrivain suédois.
Il est très connu dans son pays et les éditions Phébus avaient déjà sorti en 2011, avec succès, son neuvième roman, Syster.

Le style est très très accessible et j'ai donc dévoré l'ouvrage en deux jours.
Oui, c'est un peu le grand écart avec l'Exil intermédiaire de Céline Curiol... mais il faut de tout pour faire un monde littéraire et alterner les genres et les styles ne peut pas nuire à la santé intellectuelle !

J'ai lu ce roman dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio, que je remercie au passage, ainsi que l'éditeur, pour cet envoi.
Il n'y avait que deux livres qui m'intéressaient cette fois-ci, et la belle couverture graphique de celui-ci m'avait particulièrement tapé dans l'œil.



Rendez-vous sur Hellocoton !