vendredi 31 mai 2013

Peut-être une histoire d'amour... pas convaincante


C'est l'idée de départ qui m'a attirée dans ce roman.
Un homme découvre sur son répondeur le message d'une femme. Elle lui annonce qu'elle le quitte. Le hic, c'est qu'il ne la connaît pas du tout.

Cet homme, c'est Virgile, un trentenaire parisien, qui travaille dans une agence de pub. Célibataire, hypocondriaque, sarcastique et fantaisiste, il vit dans un immeuble de passe. Jusqu'à présent, ses relations amoureuses tragi-comiques ont toutes tournées court. Cette énigmatique Clara, la femme du répondeur, semble en être une de plus.
Pourquoi Virgile ne se souvient-il pas d'elle ? Il ne s'agit pas d'un canular, il est en sûr.


Son premier réflexe est de se précipiter chez la psy qui soigne sa dépression chronique 3 fois par semaine et d'aller subir une batterie d'examen médicaux. Il se croit atteint d'une maladie, incurable qui plus est.
À Armelle, sa meilleure amie, il confie l'étrange et inquiétante situation mais avec ses autres connaissances, il joue le pauvre homme qui vient effectivement de se faire plaquer.
Extrait p. 57 :
 "Des lois internationales, une sorte de convention de Vérone, protègent les cœurs brisés. Ils reçoivent le soutien d'une puissante franc-maçonnerie. Chaque soir, Virgile était pris en charge. On se relayait pour le baby-sitter : on le sortait, on le nourrissait, on le massait. Il était invité au théâtre et au cinéma, à des vernissages et à des cocktails. [...]
  Jamais la vie n'avait été si belle : il bénéficiait des effets de la rupture sans ses inconvénients. Lors de ses précédents échecs sentimentaux, son malheur l'avait empêché de profiter du réconfort afférent. Pour bien jouir de la guérison, comprit Virgile, il est préférable de ne pas être malade."

C'est bien écrit et j'ai d'ailleurs noté plusieurs passages qui m'ont plu, le genre de ceux que l'on lit et dont on se dit aussitôt après que c'est exactement ce que l'on pense aussi.
Extrait p. 134 :
  "Maud désirait comprendre pourquoi cela s'était terminé avec Clara. Virgile y vit une occasion de se débarrasser définitivement de ce flirt encombrant. Dès que l'on dépasse la trentaine, les rendez-vous galants ressemblent à des entretiens d'embauche. On a suffisamment vécu d'histoires difficiles pour se montrer prudent. Cette fois, on ne veut pas se tromper, alors on questionne, on enquête, on interprète le moindre signe inquiétant. On a son objectif en tête, on fait son marché et, sans aucune hésitation, on rejette les mauvais fruits. Virgile se préparait à dresser un portrait effroyable de lui-même. Il se délectait de jouer contre les codes amoureux."

Mais, et gros mais, je n'ai pas trouvé le personnage de Virgile attachant.
Il veut à tout prix avoir une vie normale, lui, l'enfant de saltimbanques qui a passé son enfance sur les routes.
Par peur de prendre des risques, il se complaît dans une vie sans surprises mais qu'il tient sous contrôle.
Il va même jusqu'à refuser une promotion à son travail par peur de bouleverser son petit traintrain !
Un personnage à ne rien y comprendre !

La mystérieuse Clara va venir bouleverser cet équilibre...

Au début, j'y croyais beaucoup. Je pensais qu'il allait se passer quelque-chose dans ce livre.
Virgile déclare à ses amies qu'il veut comprendre pourquoi Clara l'a quitté.
Le lecteur ne peut s'empêcher de se faire la remarque que le plus urgent serait de chercher à comprendre pourquoi il ne se souvient pas de la jeune femme ! Comme le lui fait d'ailleurs judicieusement remarquer son amie Armelle à la p. 124 (ah, enfin une personne qui semble raisonner logiquement !)
Extrait p. 124 :
 "- Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de rechercher Clara, dit-elle enfin. Tu devrais te soucier de savoir pourquoi tu ne te souviens pas d'elle, et non pas pourquoi elle a agi comme elle a agi. Le vrai mystère, c'est ton amnésie. Comment se fait-il que tu aies oublié votre rencontre lors de cette fête ?"

Il se met plus ou moins en quête de retrouver cette personne, glane quelques minces informations petit à petit et un jeu de piste semble se dessiner tranquillement. Et là, on se dit chouette, il va y avoir de l'action, on va avoir des réponses.
Extrait p. 139 :


   "Ainsi, Clara s'échappait une nouvelle fois, comme si être insaisissable était sa nature. Virgile pensa aux courses de lévriers et à ce lapin factice monté sur rails qui provoque la courses des chiens excités vers la ligne d'arrivée. Il se demanda si Clara n'était pas un leurre qui le forçait à agir et à penser."
Virgile se retrouve même à quelques instants de pouvoir la rencontrer. Le plus grand moment de suspense du livre !

Et bien non, bizarrement, il semble ne plus y trouver aucun intérêt. Il s'en va et repousse ainsi une possible rencontre.
Clara a désormais perdu son mystérieux attrait mais elle lui a permis, tout à fait indirectement, de donner un coup de pied dans ses « conceptions dépassées et pathologiques » (p. 178)
Et c'est la morale de l'histoire.

J'ai été déçue par la fin et  ça n'a pas vraiment été une surprise.
On n'en sait pas plus au bout des 179 pages, si ce n'est que le Virgile se sent un autre homme !
Tant mieux pour lui s'il a l'impression d'avoir avancé dans sa vie mais le lecteur, lui, a fait du surplace.

Bref, le personnage est finalement très étrange, avec des réactions aux antipodes du commun des mortels. La raison principale qui fait que beaucoup de lecteurs (et je pense à plusieurs critiques que j'ai pu trouver sur le net) n'ont pas trouvé leur compte dans cette histoire.
Vous l'avez compris, je n'ai pas vraiment adhéré à la particularité de cette histoire.
Quant à la « peut-être histoire d'amour », je n'en ai pas vu l'ombre d'un pouce.

Rendez-vous sur Hellocoton !