jeudi 22 octobre 2009

Il n'y a pas que Pénélope*...

* la créatrice des poupées Happy to see you, que j'abrège souvent par les lettres HTSY dans le texte.
... qui sache faire de jolies poupées.

A gauche : poupées réalisées par Noémie, du blog Est-ce pris de famille ?!
A droite : poupées HTSY

A gauche : poupée réalisée par Ambrym, profil sur doctissimo
A droite : poupée HTSY, appartenant à Soizic, blog Z comme Zoé


Mais avouez que la ressemblance est frappante, ou troublante, enfin, elles se ressemblent quoi !
Au point que des néophytes comme moi dans le domaine de la poupée en tissu artisanale peuvent se demander, dans un réflexe basique : "Mais qui copie qui ?"

J'étais donc totalement ignorante de tout ce qui se fait en matière de poupée made at home, selon la tradition Steiner Waldorf (j'en parlerai après pour ceux qui ne connaissent pas) et c'est uniquement pour cette raison que j'ai eu des a priori, des réactions primaires en voyant les différentes poupées que certaines s'appliquent à créer avec tant de passion et de savoir-faire.
Mon premier réflexe était, effectivement, de penser "oh, une copie des Happy to see you !"

Mais ce que je ne savais pas, c'est que...

Pénélope Naulleau n'est pas LA créatrice exclusive de ce style de poupées. Elle n'a pas inventé de modèle mais elle maîtrise avec beaucoup de talent et de technique une fabrication traditionnelle qui remonte au début du siècle dernier et certainement même avant.
Reconnaissons cependant qu'elle est certainement celle qui utilise des matériaux de la plus grande qualité (coton biologique, mohair), celle dont les poupées ont la plus belle chevelure et une grâce difficile à égaler, à mes yeux, et celle qui les commercialise. Elle est LA référence (attention, je parle uniquement pour la France), ouvertement visible sur le net, ce qui m'a légèrement enduite d'erreurs, pensant ainsi à tort que toutes les autres poupées étaient de plus pâles copies, plus ou moins réussies, et plus ou moins avouées.


Mais comme tout le monde ne peut pas se permettre, ou n'a pas envie d'acheter ces poupées que l'on peut qualifier de luxueuses, les plus douées d'entre nous ont eu envie de réaliser leur propre poupée, en s'inspirant ou non de celles de Pénélope.
On peut donc trouver au gré des blogs, divers conseils et tutos pour réaliser soi-même sa poupée.
Impossible d'être exhaustive, du moins pas en peu de temps, alors je citerai d'une manière entièrement subjective :
  • madame bigorneau, du blog Les bigorneaux : elle propose de formidables tutos très imagés pour faire le corps et les cheveux des poupées.
  • Elibabette, du blog Et pourquoi pas moi ? : elle donne également des indications et des liens pour réaliser des poupées et elle n'a pas peur d'"avouer" haut qu'elle copie les poupées de Pénélope et que c'est l'une des raisons pour laquelle elle se refuse à vendre ses créations. J'aime.


La poupée réalisée par Ambrym est à gauche. On croirait une HTSY, non ?
  • Sur Flickr, deux excellents tutos photos que l'on doit à une certaine Toureasy4027, montrent les étapes de réalisations de la tête, du corps et de la chevelure des poupées : un ici et l'autre.


Si j'ai bien tout compris, la référence au niveau fournitures, c'est Marotte et Cie, également pour ce livre,

véritable bible pour les débutants.


Je vous ai dit plus haut que Pénélope n'est pas à l'origine de la fabrication de ce style de poupées. Elle n'a fait que reprendre, certes avec grand talent, une méthode traditionnelle.

Là, c'est la partie historique, un peu moins captivante pour ceux qui s'intéressent moyen au sujet du jour ! Mais restez, tenez bon, c'est moins compliqué après !

Tout semble découler de la "philosophie" mise en place par l'autrichien Rudolph Steiner (1861-1925), fondateur de l'anthroposophie, une conception très spirituelle de l'homme. Vous pouvez consulter l'article de Wikipédia, qui fait l'objet d'une controverse. Regardez aussi, à ce sujet, l'article écrit par l'auteur de Pois chiche et Graines de fées dont je partage l'avis nuancé.

Steiner fonde sa première école en 1919, à Stuttgart, à la demande de la fabrique de cigarettes Waldorf-Astoria (d'où le nom donné à l'enseignement et aux poupées), pour les enfants des ouvriers.
De nombreuses écoles privées à travers le monde, et notamment en France, continuent de transmettre sa philosophie de vie et sa pédagogie.
Pour ce qui nous intéresse, il faut retenir que Steiner accorde aux arts et aux travaux manuels une importance aussi grande que les matières classiques enseignées aux enfants. Pour les plus petits, il est essentiel de laisser libre cours à leur imagination.
La poupée est un vecteur qui leur permet d'exprimer leur propre individualité. Elle est faite à la main avec des matières naturelles (laine,coton, tissus de récupération), de préférence par une personne connaissant l'enfant. Les traits de son visage sont volontairement simples de manière à ce que l'enfant puisse se laisser guider par son imagination.  Il existe différents modèles, adaptés à l'âge de l'enfant. Les plus simples sont les fameux doudous-poupées à noeuds, sans bras ni jambes définis.
"À l’intérieur comme à l’extérieur, l’espace de vie est simple, naturel et de qualité. Chaleureux, il y règne confiance et bienveillance. Les jouets en sont un élément important : ils sont faits de bois, de tissus naturels (coton, laine, soies), de poupées faites à la main. La plupart ont été fabriqués par des parents ou des pédagogues, par les enfants eux-mêmes, et ils ont une histoire, la chaleur d’un vécu particulier. Ils contribuent à tisser les liens entre les enfants et les adultes. Ces jouets simples laissent libre l’imagination de l’enfant, nécessaire à son développement. Cela rejoint l'idée de Steiner selon laquelle « le travail de l’imagination active l’élaboration des formes du cerveau. Celui-ci s’épanouit et s’assouplit comme les muscles de la main, grâce à un travail approprié. Tout ce qui stimule la représentation du vivant agit de façon juste »". Extrait du projet pédagogique de l'école Steiner Waldorf à Aix.

On peut également penser que les poupées en chiffons et tissus de récup' n'ont pas attendue monsieur Steiner et ces théories pour voir le jour. Elles étaient là depuis plusieurs siècles, bien avant les poupées en plastique ! Difficile de trouver des informations plus précises sur leurs origines, cependant, il semble ne faire aucun doute qu'elles aient leurs racines en Europe, et plus précisément dans un berceau anglo-germanique.
Accordons à Rudolph Steiner la théorisation du rôle de la poupée et une certaine codification de sa réalisation. Oulala, j'espère que ne dis pas trop de bêtises moi avec mes grandes annalyses !


Les techniques, se sont propagées bien évidemment à travers le monde, comme ICI en Suisse, ICI au Pérou, LA en Allemagne, et encore ICI au Canada, LA et LA aux Etats-Unis. Nh'ésitez pas à cliquer sur mes liens, ils vous mèneront vers de très jolies poupées.

Ce petit tour du monde des poupées Waldorf nous montre bien qu'il y a une base commune dans la fabrication, bien antérieure à l'existence et à la commercialisation des poupées HTSY.

Après, chacune est donc libre de ses envies et de ses choix : acheter une poupée Waldorf  déjà toute faite, HTSY ou autre, ou bien s'essayer à la création, en donnant ainsi à sa poupée exactement le visage, le corps et les cheveux que l'on veut (vraiment pour les courageuses et les passionnées !!).
On peut très bien réaliser de très jolies poupées, sans chercher pour autant à égaler le "maître" (Pénélope Naulleau).
Et on peut très bien égaler, ou presque, le "maître", sans l'avoir cherché. La preuve :


Parmi les poupées waldorf les plus ressemblantes aux HTSY, celles réalisées par Noémie, du blog Est-ce pris de famille ?! figurent aux toutes premières places.
Et pourtant... voilà quelqu'un que l'on ne peut pas taxer de vouloir copier Pénélope Naulleau. Noémie réalise des poupées depuis de nombreuses années, grâce à une technique qu'elle a apprise vers l'âge de 10 ans auprès de la maman d'une amie qui a fréquenté l'école Steiner de Lyon (privée, hors contrat). Elle a d'ailleurs été étonnement surprise de voir à quel point leurs poupées se ressemblaient, le jour où elle a découvert Happy to see you. D'autant plus qu'elles utilisent des techniques différentes. Et si source d'inspiration il y a, elle se trouve plus de ce côté-là (allez voir, c'est trop trop mignon).
La ressemblance est troublante quand la poupée est habillée, comme ci-dessus, mais une fois dévêtue, on voit mieux les différences.
La HTSY en culotte, c'est ma poupette !
Je ne suis pas spécialiste, mais on voit bien que la HTSY est plus potelée tandis que celle de Noémie a le visage moins empâté (pardon Pénélope) mais sa tête semble un peu plus proéminente par rapport à son corps (c'est aussi l'effet recherché).

De plus, dans le but de ne point causer de tort à Pénélope, sachant que celle-ci en a fait son métier, Noémie s'attache à se démarquer des HTSY en leur donnant une hauteur différente (36cm contre 32 ou 42 cm).

Et, pour conclure ce post, c'est bien là que réside le problème, s'il doit y en avoir un.
Pénélope Naulleau en a fait une affaire commerciale et a peut-être déposé ses modèles (la marque Happytoseeyou, elle, est bien déposée à l'INPI). Si c'est le cas, elle aurait tout à fait le droit de pointer du doigt celles qui fabriquent des poupées "à tête de Happy to see you" et qui les vendent (à plus petite échelle, c'est sûr) à celles qui leur en font la demande.
Mais on pourra toujours lui opposer que ces poupées sont réalisées selon une méthode traditionnelle, qui  n'appartient à personne, et ce depuis de nombreuses décennies et que même si on obtient des petits minois qui se ressemblent, les techniques utilisées ne sont pas forcément les mêmes, ainsi que les proportions des différentes parties du corps.
Et puis pour faire des "copies" réussies, il est préférable d'avoir une HTSY sous les yeux, non ? Ce qui implique de passer par la case "achat" à un moment ou un autre.
Difficile de juger...

Afin d'en savoir un peu plus à ce sujet, qui m'intéresse beaucoup depuis que j'ai mis le nez dedans, j'ai de nouveau questionné la principale intéressée, aidée discrètement par mon éminence grise, Petite Demoisëlle. J'attends les réponses.

A suivre, j'espère...

J'invite bien évidemment celles qui s'y connaissent à me corriger si j'ai dit des bêtises, étant donné que je ne suis pas du tout "experte" en la matière ! Mon intention était uniquement de faire une présentation la plus synthétique possible sur le sujet, et d'apprendre plein de choses moi aussi du même coup. Toutes les informations complémentaires sont donc les bienvenues. 

Je tiens également à remercier Noémie, du blog Est-ce pris de famille ?!, mon autre éminence grise. Celle-ci m'a fourni  pas mal de liens, concernant les poupées à travers le monde et les différentes techniques utilisées, que je n'ai pas pu tous répertorier ici, dans un souci de ne pas alourdir le post.
Je les tiens à la disposition de ceux, enfin, surtout celles je crois, qui seraient intéressés.

................................................................................................................................................................................................

Je vous invite également à consulter l'article que j'ai écrit ICI, ultérieurement à celui-ci, sur les différentes sources de patrons et de tutos pour coudre et tricoter des habits pour les poupées, Happy to see you en particulier, puisque c'est ma "grande pasion" (!).

............................................................................................................................................................

J'ai créé un groupe sur flickr pour recueillir les photos de poupées Happy to see you. Si vous en possédez une, vous êtes chaleureusement invités à venir partager vos photos :
Groupe Happy to see you sur flickr




www.flickr.com

éléments de Happy to see you Plus de contenus du pool Happy to see you
Rendez-vous sur Hellocoton !